Alternanthera sessilis (PROTA) : Différence entre versions

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 54 : Ligne 54 :
 
Dans des essais en Inde, des concentrés à base de feuilles d’''Alternanthera sessilis'' ont montré une inhibition de la mutagenèse chez des souches de ''Salmonella typhimurium''. Ils inhibent la formation de la nitrosodiéthanolamine, qui est un cancérigène environnemental puissant, à partir de ses précurseurs tels que la triéthanolamine. L’extrait aqueux à l’alcool de la plante entière montre des propriétés hypothermiques et histaminergiques et soulage les muscles lisses. Un extrait à l’éther d’''Alternanthera sessilis'' a fourni un principe actif qui a des propriétés anti-ulcéreuses.
 
Dans des essais en Inde, des concentrés à base de feuilles d’''Alternanthera sessilis'' ont montré une inhibition de la mutagenèse chez des souches de ''Salmonella typhimurium''. Ils inhibent la formation de la nitrosodiéthanolamine, qui est un cancérigène environnemental puissant, à partir de ses précurseurs tels que la triéthanolamine. L’extrait aqueux à l’alcool de la plante entière montre des propriétés hypothermiques et histaminergiques et soulage les muscles lisses. Un extrait à l’éther d’''Alternanthera sessilis'' a fourni un principe actif qui a des propriétés anti-ulcéreuses.
  
== Botanique ==  
+
== Description ==  
  
 
Plante herbacée pérenne, parfois annuelle, atteignant 1 m de haut, érigée, ascendante ou rampante, souvent largement ramifiée, à racine pivotante vigoureuse ; tige striée, cylindrique dans sa partie inférieure, légèrement quadrangulaire dans sa partie supérieure, solide, flottant parfois dans l’eau et fistuleuse dans sa partie inférieure, tige et rameaux avec des lignes fines de poils blanchâtres, et aisselles des rameaux et des feuilles avec des touffes de poils blancs. Feuilles opposées, simples ; pétiole atteignant 5 mm de long ; limbe linéaire-lancéolé, oblong à ovale ou obovale, de 1–15 cm × 0,2–3 cm, glabre à légèrement poilu. Inflorescence : capitule axillaire, sessile, subglobuleux, de 5 mm de diamètre, solitaire ou jusqu’à 5 en glomérules. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères ; tépales libres, égaux, ovales à elliptiques, atteignant 2,5 mm de long, blancs à rosâtres, à 1 veine ; étamines réunies à la base en coupe très courte, 2 sans anthères ; ovaire supère, fortement comprimé, 1-loculaire, style très court. Fruit : capsule obréniforme, liégeuse, indéhiscente, d’environ 2 mm de long, brun foncé, contenant 1 graine. Graines discoïdes, d’environ 1 mm de long, brun brillant.
 
Plante herbacée pérenne, parfois annuelle, atteignant 1 m de haut, érigée, ascendante ou rampante, souvent largement ramifiée, à racine pivotante vigoureuse ; tige striée, cylindrique dans sa partie inférieure, légèrement quadrangulaire dans sa partie supérieure, solide, flottant parfois dans l’eau et fistuleuse dans sa partie inférieure, tige et rameaux avec des lignes fines de poils blanchâtres, et aisselles des rameaux et des feuilles avec des touffes de poils blancs. Feuilles opposées, simples ; pétiole atteignant 5 mm de long ; limbe linéaire-lancéolé, oblong à ovale ou obovale, de 1–15 cm × 0,2–3 cm, glabre à légèrement poilu. Inflorescence : capitule axillaire, sessile, subglobuleux, de 5 mm de diamètre, solitaire ou jusqu’à 5 en glomérules. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères ; tépales libres, égaux, ovales à elliptiques, atteignant 2,5 mm de long, blancs à rosâtres, à 1 veine ; étamines réunies à la base en coupe très courte, 2 sans anthères ; ovaire supère, fortement comprimé, 1-loculaire, style très court. Fruit : capsule obréniforme, liégeuse, indéhiscente, d’environ 2 mm de long, brun foncé, contenant 1 graine. Graines discoïdes, d’environ 1 mm de long, brun brillant.

Version du 11 mars 2015 à 17:47

Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg



Alternanthera sessilis (L.) DC.




Protologue: Cat. pl. horti monsp. : 77 (1813).
Famille: Amaranthaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 34, 96

Synonymes

Noms vernaculaires

Brède chevrette, magloire (Fr). Sessile joyweed, dwarf copperleaf (En). Periquito-sessil (Po).

Origine et répartition géographique

Alternanthera sessilis est probablement originaire d’Amérique tropicale mais est désormais répandu dans les régions tropicales et subtropicales du monde, dont toute l’Afrique tropicale.

Usages

Dans de nombreux endroits dans le monde, les feuilles d’Alternanthera sessilis sont consommées comme légume cuit ou cru en salade. En Afrique tropicale, son utilisation comme légume a été signalée en Guinée (où il est utilisé à la place du riz comme aliment de base et dont on dit qu’il rassasie bien), au Bénin (dans les sauces et les potages), au Nigeria (dans les potages), en R.D. du Congo, en Tanzanie et en Zambie (comme assaisonnement), ainsi qu’à Madagascar et à la Réunion (comme herbe potagère). Au Sri Lanka, les plantes sont mises en bottes et vendues sur les marchés pour être consommées en salade. On les trouve aussi exportées en Europe pour des clientèles ethniques du sud de l’Inde.

Alternanthera sessilis est utilisé contre les troubles d’estomac simples, la diarrhée, la dysenterie et comme pansement pour les parties de la peau blessées ainsi que contre la fièvre. Au Ghana, on ingère une décoction avec un peu de sel pour arrêter de cracher du sang. Au Nigeria, la plante broyée est utilisée contre les maux de tête et le vertige. Le jus de feuilles est inhalé par le nez pour traiter la neuralgie. Un concentré est utilisé pour extraire les épines ou d’autres objets du corps et il est également utilisé pour soigner les hernies. Au Sénégal et en Inde, les rameaux feuillés, broyés en poudre, sont appliqués contre les morsures de serpent. La plante est également utilisée en médecine vétérinaire au Kenya. Alternanthera sessilis est utilisé en médecine traditionnelle à Taïwan, souvent en mélange avec d’autres plantes médicinales, pour traiter l’hépatite, la constriction thoracique, la bronchite, l’asthme et d’autres troubles pulmonaires, pour arrêter les saignements et comme tonifiant pour les cheveux. En Inde, il est utilisé comme cholagogue, abortif et fébrifuge, et en Thaïlande et au Sri Lanka, comme galactagogue.

Production et commerce international

Propriétés

Les feuilles fraîches d’Alternanthera sessilis contiennent par 100 g : eau 80 g, énergie 251 kJ (60 kcal), protéines 4,7 g, lipides 0,8 g, glucides 11,8 g, fibres 2,1 g, Ca 146 mg, P 45 mg (Leung, W.-T.W., Busson, F. & Jardin, C., 1968).

On a identifié les composés suivants chez Alternanthera sessilis : les triterpènes α-spinastérol, β -spinastérol, stigmastérol, β-sitostérol, l’acide oléanotique et ses dérivés et esters saturés (aliphatiques). Les feuilles contiennent des fibres alimentaires (environ 12 g par 100 g de matière sèche) et l’incorporation d’environ 75 g de ces fibres légumières dans la diète journalière des diabétiques réduit de façon significative le niveau de glucose post-prandial dans le sang.

Dans des essais en Inde, des concentrés à base de feuilles d’Alternanthera sessilis ont montré une inhibition de la mutagenèse chez des souches de Salmonella typhimurium. Ils inhibent la formation de la nitrosodiéthanolamine, qui est un cancérigène environnemental puissant, à partir de ses précurseurs tels que la triéthanolamine. L’extrait aqueux à l’alcool de la plante entière montre des propriétés hypothermiques et histaminergiques et soulage les muscles lisses. Un extrait à l’éther d’Alternanthera sessilis a fourni un principe actif qui a des propriétés anti-ulcéreuses.

Description

Plante herbacée pérenne, parfois annuelle, atteignant 1 m de haut, érigée, ascendante ou rampante, souvent largement ramifiée, à racine pivotante vigoureuse ; tige striée, cylindrique dans sa partie inférieure, légèrement quadrangulaire dans sa partie supérieure, solide, flottant parfois dans l’eau et fistuleuse dans sa partie inférieure, tige et rameaux avec des lignes fines de poils blanchâtres, et aisselles des rameaux et des feuilles avec des touffes de poils blancs. Feuilles opposées, simples ; pétiole atteignant 5 mm de long ; limbe linéaire-lancéolé, oblong à ovale ou obovale, de 1–15 cm × 0,2–3 cm, glabre à légèrement poilu. Inflorescence : capitule axillaire, sessile, subglobuleux, de 5 mm de diamètre, solitaire ou jusqu’à 5 en glomérules. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères ; tépales libres, égaux, ovales à elliptiques, atteignant 2,5 mm de long, blancs à rosâtres, à 1 veine ; étamines réunies à la base en coupe très courte, 2 sans anthères ; ovaire supère, fortement comprimé, 1-loculaire, style très court. Fruit : capsule obréniforme, liégeuse, indéhiscente, d’environ 2 mm de long, brun foncé, contenant 1 graine. Graines discoïdes, d’environ 1 mm de long, brun brillant.

Alternanthera comprend environ 200 espèces à répartition pantropicale mais plus abondantes en Amérique tropicale. En Afrique tropicale, on rencontre environ 6 espèces.

Alternanthera nodiflora R.Br. (synonyme : Alternanthera sessilis (L.) DC. var. nodiflora (R.Br.) Kuntze), proche d’Alternanthera sessilis, est originaire d’Australie, mais il est également répandu en Afrique. Ses tépales font 3–4 mm de long et ses fruits sont brun pâle à jaunes. Il a les mêmes exigences écologiques qu’Alternanthera sessilis. Il est consommé en Tanzanie comme légume, et comme aliment de famine au Nigeria. Il est brouté par tous les animaux domestiques. En médecine, il a plus ou moins les mêmes usages qu’Alternanthera sessilis. Il a montré des propriétés molluscicides contre les escargots d’eau douce Bulinus et Biomphalaria.

Alternanthera sessilis fleurit et fructifie toute l’année et a une croissance végétative vigoureuse au début de la saison des pluies ainsi qu’une forte croissance reproductive à la fin de celle-ci. Les fleurs s’autofécondent et les fruits sont disséminés par le vent et l’eau.

Description

Croissance et développement

Ecologie

Alternanthera sessilis est une plante très commune des milieux ouverts constamment ou périodiquement humides aux bords des routes, dans les jardins, les fossés, les marais, les rizières et des plantations de thé, sur des types de sols différents, jusqu’à 1800 m d’altitude. Les fruits foncés, liégeux, flottent souvent en grandes quantités sur l’eau. Dans les champs (par ex. les rizières) et le long des cours d’eau, Alternanthera sessilis peut devenir une adventice aquatique ou terrestre nuisible. Il préfère un sol alcalin limoneux, pauvre en calcium échangeable et riche en azote total.

Multiplication et plantation

Gestion

On récolte Alternanthera sessilis dans la nature et il n’est pas cultivé. Il peut facilement être multiplié par graines et par boutures de tiges enracinées. Le nombre moyen de graines par plante est d’environ 2000.

Une maladie des taches foliaires provoquée par Fusarium pallidoroseum a été décrite au Nigeria. Elle peut se répandre aux cultures dans lesquelles Alternanthera sessilis est présente comme adventice, par ex. le gombo, les ignames, la pomme de terre, l’oignon et la carotte.

Ressources génétiques

Alternanthera sessilis est répandu et il n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Alternanthera sessilis restera un légume d’importance secondaire. Les propriétés médicinales de cette espèce commune, toujours disponible, méritent davantage d’attention scientifique, même si dans de nombreux endroits on la considère comme une adventice nuisible et que la priorité est à son éradication.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Lemmens, R.H.M.J. & Horsten, S.F.A.J., 1999. Alternanthera Forssk. In: de Padua, L.S., Bunyapraphatsara, N. & Lemmens, R.H.M.J. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(1). Medicinal and poisonous plants 1. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 105–109.
  • Leung, W.-T.W., Busson, F. & Jardin, C., 1968. Food composition table for use in Africa. FAO, Rome, Italy. 306 pp.
  • Townsend, C.C., 1985. Amaranthaceae. In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 136 pp.
  • van der Zon, A.P.M. & Grubben, G.J.H., 1976. Les légumes-feuilles spontanés et cultivés du Sud-Dahomey. Communication 65. Département des Recherches Agronomiques, Koninklijk Instituut voor de Tropen, Amsterdam, Netherlands. 111 pp.

Autres références

  • Aruna Krishnakumar, Sivaramakrishnan, V.M., Sivaswamy, S.N., & Krishnakumar, A., 1991. Inhibition of nitrosation reaction by some spices/leafy vegetables. Advances in Plant Sciences 4(1): 189–193.
  • Burkill, H.M., 2000. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 5, Families S–Z, Addenda. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 686 pp.
  • Datta, S.C. & Biswas, K.K., 1979. Autecological studies on weeds of West Bengal 8. Alternanthera sessilis (L.) DC. Bulletin of the Botanical Society of Bengal 33: 1–2, 5–26.
  • Kerharo, J. & Adam, J.G., 1974. La pharmacopée sénégalaise traditionnelle. Plantes médicinales et toxiques. Vigot & Frères, Paris, France. 1011 pp.
  • Sreedevi & Chaturvedi, A., 1993. Effect of vegetable fibre on post prandial glycemia. Plant Foods for Human Nutrition 44(1): 71–78.
  • Townsend, C.C., 1988. Amaranthaceae. In: Launert, E. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 9, part 1. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. pp. 28–133.
  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.

Sources de l'illustration

  • Lemmens, R.H.M.J. & Horsten, S.F.A.J., 1999. Alternanthera Forssk. In: de Padua, L.S., Bunyapraphatsara, N. & Lemmens, R.H.M.J. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(1). Medicinal and poisonous plants 1. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 105–109.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen

PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 2 juillet 2022.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.