Safran comestible (Potager d'un curieux, 1899)

De PlantUse
Aller à : navigation, rechercher


Romaine du Pamir
Potager d'un curieux, Introduction
Sagaï


[542]

Crocus cancellatus

Nom accepté : Crocus cancellatus


SAFRAN COMESTIBLE
Crocus cancellatus Herb., var. persicus Chappellier.
Fam. des Iridées.


Ce Crocus a été recueilli en Perse en 1881 et distribué en mars 1892, par M. Pissard, ancien jardinier-chef du Shah de Perse.

M. P. Chappellier en a reçu des bulbes en même temps que nous et a publié sur cette plante une Note que nous sommes autorisés à reproduire intégralement.

Nous n'attendons rien des bulbes que nous possédons et nous devons avouer en toute humilité que nous n'avons obtenu aucun succès avec les plantes bulbeuses.

Nous nous estimons donc fort heureux de n'être pas obligés de passer sous silence une plante intéressante et de pouvoir la présenter au lecteur, au nom de l'amateur éclairé qui a fait, on le sait, une étude spéciale des Crocus.

Note de M. Chappellier :
« La caisse dans laquelle ces bulbes ont fait le voyage de Perse à Paris est restée en route pendant l'automne de 1881 et l'hiver 1881-1882 ; ils y sont entrés en végétation et y ont fleuri.
Autant que l'état anormal de ces échantillons m'a permis d'en juger, je suis porté à croire que ce Crocus appartient au groupe du C. cancellatus.


[543]

Sous le type cancellatus, créé par Herbert, les auteurs ont groupé les sous-types suivants, considérés par les uns comme espèces, par les autres comme variétés ou synonymes :
  • C. cancellatus Herb. ;
  • C. Schimperi Gay ; syn. C. Spruneri Boiss. et Held.
  • C. damascenus Herb. ; syn. C. edulis Boiss. et Blanche.
  • C. Kotschyanus Herb. ;
  • C. cilicicus Kotschy ;
  • C. pylarum Gay ;
  • C. mazziaricus Herb.
Voici les caractères principaux du C. cancellatus que j'ai retrouvés dans le Crocus persan :
  • Floraison automnale ;
  • Pollen jaune ;
  • Style multifide ;
  • Feuille synanthée ;
  • Pas d'involucre (au scape) ;
  • Bractée bivalve (à l'ovaire) ;
  • Tuniques fortement réticulées, avec étoile persistante à la base ; périanthe variant du blanc lilacé au violet.
Il y a toutefois un caractère très important dans lequel j'ai remarqué une différence notable :
Dans le C. cancellatus, la gorge est blanc jaunâtre ou jaune, et, dans le Crocus persan, elle est blanc-lilas ou violette.
J'ai constaté aussi dans ce dernier un scape démesurément long. Je ne pense pas que ces particularités puissent provenir de la floraison anormale en caisse close et à sec.
La distribution géographique des variétés du C. cancellatus connues à ce jour s'étend des îles Ioniennes à la Syrie, où croît le C. edulis, et à l'Arménie.


[544]

Le Crocus de M. Pissard a été recueilli à environ 1,300 mètres d'altitude, dans les plaines et collines d'une localité appelée Sultabatt, province de l'Irath-Férahan, au sud-est d'Amadan, à 120 kilomètres environ de Téhéran.
On n'avait guère trouvé en Perse jusqu'à présent que le C. speciosus.
Voici les renseignements que M. Pissard donne sur l'utilisation de cette plante.
L'oignon est comestible ; il a le goût de la Châtaigne ; les indigènes en font une grande consommation.
Ces oignons, cuits à l'eau et grillés, ont été présentés, en juillet 1881, à un dîner officiel chez le ministre des Télégraphes ; plusieurs Européens qui assistaient à ce repas les ont trouvés exquis, et le Shah de Perse en a commandé une forte provision pour sa table.
Jusqu'à ce qu'un nouvel apport du lieu d'origine ou une floraison normale des bulbes introduits récemment permette un plus mûr examen, je pense que c'est avec le C. edulis Boiss. et Blanche, sous-type du C. cancellatus Herb. que le nouveau Crocus persan a le plus d'analogie, et je propose de l'annexer au type cancellatus, sous le nom de C. pesricus [persicus] » (Paris, le 2 avril 1882).


Crocus olivieri et Crocus sieberi

Noms acceptés : Crocus olivieri et Crocus sieberi

D'après M. de Heldreich (Plantes utiles de la Grèce), les bulbes des Crocus Aucheri Boiss. et C. Sieberi Gay, qui se rencontrent souvent sur les montagnes de la Grèce, sont mangés crus par les bergers. Ils ont, dit-il, à peu près le goût de la Noisette.