Portulaca oleracea

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Portulaca oleracea L.

alt=Description de l'image Harvey JJ's Portulaca oleracea subsp. sativa.jpg.
Ordre Caryophyllales
Famille Portulacaceae
Genre Portulaca

2n = 18, 36, 45, 54

Origine : adventice cosmopolite

sauvage et cultivé

Français pourpier
Anglais purslane


Résumé des usages
  • jeune plante : salade (sauvage ou cultivée)
  • plante entière médicinale
  • graines alimentaires et médicinales


Description

  • plante herbacée annuelle de 10-30 cm, rameuse, couchée, charnue
  • feuilles opposées ou les supérieures alternes, obovales-oblongues, en coin à la base et sessiles, épaisses, luisantes
  • fleurs jaunes, sessiles, solitaires ou agglomérées à l'aisselle et au sommet des rameaux, involucrées par les feuilles supérieures
  • 2 sépales, inégaux, obtus, carénés sous le sommet, à la fin caducs
  • 4-6 pétales, libres ou un peu soudés à la base, très caducs
  • 6-12 étamines
  • style à 4-6 branches
  • ovaire adhérent à la base
  • capsule (pyxide) ovoïde s'ouvrant circulairement en travers, à graines nombreuses, noires, luisantes (Coste)

Noms populaires

français pourpier
créole guyanais pourpier, croupier [kroupié], porcelaine [paoslenn] (Mana) (Pharma. Guyane)
wayãpi akusi nami (Pharma. Guyane)
palikur kropie aβan, kupieraβan (Pharma. Guyane)
aluku poseen (Pharma. Guyane)
anglais purslane
allemand Portulak, Burzelkraut, Sauburtzel
néerlandais postelein
italien porcellana
espagnol verdolaga
portugais beldroega
Philippines golasiman (tagalog), ngaluk (ilocano), alusiman (bicol) (PROSEA)
Indonésie gelang, krokot (Java), re-sereyan (Madura) (PROSEA)
Malaysia gelang pasir, segan jantan, rumput beremi (PROSEA)
Thaïlande phakbia-yai (central), phakbia-dokluang (PROSEA)
Vietnam rau sam (PROSEA)
Laos taa kôngz, biaz (PROSEA)
Cambodge maông dâb phkaa (PROSEA)

Classification

Portulaca oleracea L. (1753)

Cultivars

Histoire

Usages

Selon BOUQUET (1921), la graine est réputée susceptible de couper la soif et les feuilles de pouvoir diminuer le besoin de man­ger.

La consommation des graines en cas de disette est signalée par GALAN (1951).

En Ahaggar, le pourpier (tam. = alora ; ar. = benderakek, bel­kazit) a d'assez nombreux usages (GAST, 1968) :

  • les feuilles comme les tiges ne sont consommées qu'occasionnellement crues ou ajoutées aux sauces comme légumes.
  • les graines pilées et mêléea à d'autres feuilles sont préparées en bouillie, ou mangées avec des dattes réduites en poudre.

S'il signale que ce pourpier peut être mangé en salade, LABBE (1950) note qu'il est aussi accusé d'avoir causé la mort d'animaux.

Les feuilles sont réputées anaphrodisiaques (BOUQUET, l921).

GAST indique que dans le Tell l'espèce est, parfois, considérée comme pourvue de « baraka » car le Prophète Mohamed, blessé au pied, fut guéri après avoir marché sur cette plante.

Le Floc'h, 1983, Ethnobotanique tunisienne, 89.


Worldwide distributed as a weed and by cultivation, often naturalized. But already in pre-Columbian times in North America. Danin et al. (1979) described 10 subspecies. The domesticated race with large leaves. Often grown in the area of the wild distribution as a pot herb and vegetable (leaves and young shoots), but recently rather seldom. From the seeds grits are prepared. An important medicinal plant (Herba Portulaca) highly esteemed in folk medicine with modern prospects (e.g. anti-cancer, anti-viral, anti-bacterial, anti-fungal effect). Wild distribution: Temperate and warmer climates of all continents, possibly originated in W Asia.

Mansfeld.


Références

  • Chauvet, Michel, 2018. Encyclopédie des plantes alimentaires. Paris, Belin. 880 p. (p. 572)
  • Grenand, Pierre ; Moretti, Christian ; Jacquemin, Henri & Prévost, Marie-Françoise, 2004. Pharmacopées traditionnelles en Guyane. Créoles, Wayãpi, Palikur. 2e édition revue et complétée. Paris, IRD. 816 p. (1ère éd.: 1987). Voir sur Pl@ntUse.
  • Marco, Claude ; Chauvet, Michel ; Molina, James ; Ubaud, Josiane et al., 2017. Les salades sauvages. L'ensalada champanela. 4e éd. revue et corr. Prades-le-Lez, Les Ecologistes de l'Euzière. 192 p. en ligne aux Ecologistes de l'Euzière

Liens