Juniperus oxycedrus

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Juniperus oxycedrus L.

alt=Description de l'image Cade1.jpg.
cade dans les Pyrénées-Orientales (France)
Ordre Pinales
Famille Cupressaceae
Genre Juniperus

2n =

Origine : Méditerranée à Iran

sauvage

Français cade
Anglais cade juniper


Résumé des usages
  • bois pyrolysé en huile de cade, utilisée
    • en médecine vétérinaire
    • en dermatologie
    • comme fongicide et insecticide
  • bois utilisé en ébénisterie et marqueterie
  • fruits médicinaux


Description

  • arbuste dioïque, dressé de 1-8 m, à bourgeons écailleux, à ramilles obtusément triangulaires
  • feuilles verticillées par 3, toutes linéaires en alêne à pointe fine et piquante, non décurrentes, marquées de 2 sillons blanchâtres séparés par la nervure médiane en dessus, à carène obtuse et non sillonnées en dessous
  • fruits mûrs rouges et luisants, subglobuleux, de 8-10 mm de diamètre

Noms populaires

français cade, oxycèdre, genévrier oxycèdre
anglais cade juniper, prickly juniper

Classification

Juniperus oxycedrus L. (1753)

synonyme :

  • Juniperus oxycedrus subsp. macrocarpa (Sm.) Neilr. (1868)
  • Juniperus macrocarpa Sm. (1816)

Histoire

Usages

L'huile de cade est le produit principal. Il s'obtient par pyrolyse du bois. Traditionnellement, cela se faisait sur place, en construisant des fours à cade.

Dans les îles de Mélos et de Crète, les fruits très sucrés de Juniperus macrocarpa, de la taille d'une cerise, servent à préparer le glyko. (Heldreich, Die Nutzpflanzen, p. 13).

Ce taxon est utilisé, essentiellement, sous forme d'"huile", pour des soins dermatologiques.

M. TROTTER (1915) rapporte qu'en Algérie le tronc de Juniperus macrocarpa S. et S. est soumis à la carbonisation et que l'on en extrait une huile, ressemblant à l' "huile de cade", employée pour soigner certaines affections cutanées (psoriasis, eczema).

Les mêmes faits sont également signalés par BOUQUET (1921) et GATTEFOSSÉ (1921) qui tiennent ces "goudrons" pour d'excel­lents antiseptiques.

MASSY (1922) nomme aussi ce produit de la distillation sèche du bois de Juniperus oxycedrus "huile de cade" et note également son emploi en thérapeutique dermatologique.

Le goudron de "'ar'âr" ou "goudron végétal" provient, selon RENAUD et COLIN (1937), de Juniperus oxycedrus, de Juniperus phoenicea ou bien encore de Callitris articulata.

Par distillation sèche, le bois fournit le "goudron de cade" ou "huile de cade" officinal employé surtout, en médecine vétérinaire pour ses propriétés anti­septiques et parasiticides, dans le traitement des diverses maladies de la peau (PARIS et MOYSE, 1965).

LEMORDANT et al. (1977) confirment les vertus thérapeutiques de l'espèce (ar. = taga).

Le bois sert également de combustible (TROTTER). BOUQUET (1921) note que, par mesure d'hygiène, ce goudron est également utilisé pour le badigeonnage des outres et autres réci­pients à eau.

Médicine humaine

  • Cosmétologie : shampooing, savon. Le mot cade est à l'origine de la marque de savon Cadum.
  • Dermatologie : psoriasis, kératose du cuir chevelu

Médicine véterinaire

  • Antiseptique et fongicide pour moutons, chiens, chevaux et bovins
  • Gale, eczéma, parasites, démangeaisons
  • Répulsif contre les mouches et les taons

Phytopathologie

  • Pesticide : champignons (rouille), insectes, œufs de charançons et de pucerons
  • Antiseptique : coupures, blessures

Références

  • Porte, Laurent. Fours à cade, fours à poix dans la Provence littorale. Mane, Les Alpes de lumière.

Liens