Anastatica hierochuntica

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Anastatica hierochuntica L.

alt=Description de l'image Image non disponible.JPG.
Ordre Brassicales
Famille Brassicaceae
Genre Anastatica

2n =

Origine : aire d'origine

sauvage ou cultivé

Français '
Anglais '


Résumé des usages
  • médicinal
  • magique


Description

Noms populaires

arabe كفّ مريم - kaff maryam, "main de Marie"

Classification

Anastatica hierochuntica L. (1753)

Cultivars

Histoire

une petite herbette que quelques moynes trompeurs ont appellée Rose de Jericho, & pource qu'elle se ouvre quand on luy met le pied de la racine en l'eau, ont eu couleur d'inventer une tromperie assez tolerable, pour donner admiration à ceulx qui la regarderoient, disants qu'elle s'ouvre seulement la vigile de Noel, ou quand les femmes sont en travail d'enfant. Ceux qui ignorent sa nature, pensent qu'elle ne se puisse ouvrir en autre temps : et toutes fois est chose fausse. Nous l'avons ja trouvée en Arabie deserte au rivage de la mer rouge, croissante par les sablons : et n'en croist aucunement en Jericho.

Belon, 1553, Observations de plusieurs singularitez..., 144.


Usages

L'espèce est, selon BOUQUET (1921), réputée en infusion contre les convulsions des enfants et l'épilepsie ; il souligne cependant que cet emploi relève plus du fétichisme que de la médecine, ces maladies étant considérées comme le résultat de possession par un génie. Le même auteur note enrore que dans le Sud tunisien le même usage est fait de Asteriscus pygmaeus. Signalons cependant que, selon RENAUD et COLIN (1934), la confusion est possible entre cette espèce et Asteriscus pygmaeus.

Selon DUCROS (1930) la plante macérée dans l'eau donne une liqueur emménagogue.

DUCROS signale une croyance populaire attribuant à la plante sèche, déposée dans un verre d'eau, le pouvoir, par le temps qu'elle met à s'ouvrir, d'indiquer la durée des douleurs de l'accou­chement.

Références

  • La Légende de la rose de Jéricho. Le Magasin pittoresque de 1873, p. 2-6. sur Wikisource.
  • Michon, J. H., 1852. Solution nouvelle de la question des lieux saints suivie d'une notice sur la véritable Rose de Jéricho. p. 100 : Saulcya hierichuntica, devenue Pallenis hierichuntica.
  • Teppner, Herwig, 1995. The Correct Name of Asteriscus hierichunticus (Asteraceae-Inuleae), a 'False Rose of Jericho'. Phyton, Annales Rei Botanicae, 35 (1) : 79-82. pdf.

Liens