Acnistus arborescens (Rollet, Antilles)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Solanaceae
Bernard Rollet, Arbres des petites Antilles, 2006
Cestrum latifolium
Planche 235 : SOLANACEAE. I. Acnistus arborescens. A. Rameau avec fleurs et fruits. B. Plantules. C. Écorce (coupe transversale). II. Solanum rugosum. D. Feuille. E. Fleurs. F. Fruits.
écorce
tranche

[793]

Acnistus arborescens (L.) Schltdl. Linnaea 7 : 67 (1832).

Basionyme : Atropa arborescens L., Cent. Pl. 2 : 10 (1756).

Synonymes : Cestrum cauliflorus Jacq. (1798) ; Dunalia arborescens (L.) Sleumer (1950).

Noms vernaculaires : Créole : Tabak djab [Tabac diable] (Ste-Lucie). Fr : Surio, Suyau (par corruption de Sureau) (Guadeloupe) ; Suyau, Sureau (Martinique). A : Wild Tobacco (Trinidad) ; Wild Tobacco (Montserrat). Esp : Gallinera, Galan arboreo (Puerto Rico).

Description : Arbuste ou petit arbre atteignant 10 m de haut et 32 cm de diamètre (Bois Mahler, Guadeloupe). Pied : pas de pattes. Écorce : épaisseur totale 6-8 mm pour un diamètre de 10-17 cm. Aspect externe : le liège rappelle le Sureau d’Europe d’où le nom vernaculaire ; couleur variable : fauve, saumon, jaune orangé ; mou, élastique, épais, 3-4 mm, très crêté (comme Spondias mombin). Rhytidome : profondément fissuré longitudinalement anastomosé ; tranche beige ; s’enlève facilement à la main. Écorce vivante : tranche jaune ; fonce rapidement en orange sale à rouge carminé. Aubier : orange clair à jaunâtre, mou. Feuilles : alternes, elliptiques, 6-25 × 4-10 cm (avec deux petites feuilles à l’aisselle) ; très molles. Les jeunes feuilles sur arbuste sont plus grandes. Fleurs : fasciculées (20-40) sur rameaux courts, couvrant densément les rameaux (ramiflores) ; finement et longuement pédicellées, 15-30 mm, pendantes ; blanc-jaunâtre ou verdâtre ; odorantes. Fruits : baie jaune orangé, puis rougeâtre ; 8-10 mm de diamètre ; graines nombreuses comprimées. Phénologie : sempervirent. Fleurs presque toute l’année. Graines disséminées par les oiseaux et les chauve-souris (MARSHALL). Habitat : colonise les endroits ouverts entre 150 et 950 m ; aussi base des falaises volcaniques et forêts secondaires, bas-fonds humides, lisières. Tempérament : très héliophile ; croissance rapide : « mort-bois » gênant pour les régénérations ; pionnière dans les forêts denses et d’altitude perturbées. Plantule : Type I. Plantule typiquement herbacée. On voit à peine la nervure principale des cotylédons et des premières feuilles. La graine apparaît souvent fichée sur l’apex d’un des cotylédons. Les pétioles sont élargis par la décurrence des limbes. On remarque que les cotylédons continuent de grandir alors que l’épicotyle est feuillé. Ceci semble aussi être un caractère plus répandu chez les herbes.

Usages : Haies vives ; arbre de chasse : fruits mangés par les oiseaux, et recherchés par les volailles ; les enfants mangent les fruits, mais on a rapporté des cas d’empoisonnement. Les fruits auraient des propriétés narcotiques.

Distribution générale : Cuba, Jamaïque, Hispaniola, Puerto Rico, Virgin Islands ; Petites Antilles ; Trinidad ; du Mexique et Guatemala jusqu’au Pérou et au Brésil.

Distribution aux Petites Antilles : Saba, St-Martin, Antigua, Montserrat, Guadeloupe (Basse-Terre), Dominique, Martinique, Ste-Lucie, St Vincent, Barbade, Grenade.

Matériel examiné : BT : HUC 1039, Gourbeyre (GUAD) ; HUC 1247, Beausoleil, 720 m (GUAD) ; JÉRÉMIE 41, Soufrière, Bains Jaunes, 950 m (P) ; ROLLET 758, 90, 240, Soufrière, 720-950 m (GUAD) ; ROLLET 238, Canal le Pelletier au-dessus de Beausoleil, 750 m (GUAD). D : JÉRÉMIE 573, Trafalgar falls, 200 m (P). NICOLSON and al. citent 16 spécimens récoltés entre 150 et 750 m.

Observations : BT : Entrée Bois Mahler, 150 m ; Rivière des Pères, 400 m ; vallée Rivière Vieux-Habitants ; Forêt de Crème, 700 m (ROLLET). D : Freshwater Lake, 750 m (ROLLET). M : abondant dans le nord de l’île, plus rare dans le Sud (DUSS). SL : Belfond, 420 m ; haute vallée de Canaries River, vers Mt Gimie (V. SLANE).

Bibliographie : (*Iconographie) : BEARD 1944, 1949 ; BRITTON & WILSON 1925 ; DUSS 1897 ; FOUQUÉ 1972 ; FOURNET 1978* ; LITTLE and al. 1974* ; MARSHALL 1939 ; NICOLSON and al. 1991.

Anatomie du bois

coupe transversale (en haut à gauche), coupe tangentielle (en haut à droite), coupe radiale (en bas) (P. Détienne & P. Jacquet)
  • 1-28-37-(38)-50-(54)-(55)-61-65-70 (Voir la signification des codes)
  • Bois (aubier) beige très clair, à grain fin, tendre et léger (0,40-0,50g/cm3).
  • Pores disséminés, isolés ou accolés radialement ou obliquement par 2-3-(4), seulement perceptibles à la loupe (diamètre moyen de 80 μm), au nombre compris entre 10 et 20 par mm2. Perforations des éléments vasculaires uniques ; taille des ponctuations intervasculaires de l’ordre de 9 μm.
  • Parenchyme très rare, limité à quelques cellules juxtavasculaires. Files de cellules composées de 1 ou 2 éléments.
  • Rayons 4-5-sériés avec quelques petits 1- ou 2-sériés, au nombre total de 5 par mm, de structure légèrement hétérogène : cellules couchées au centre et cellules carrées en bordure et aux extrémités. Ponctuations radiovasculaires légèrement plus grosses et allongées que les intervasculaires. Présence sporadique de sable cristallin dans des cellules terminales.
  • Fibres généralement cloisonnées, à ponctuations simples.