Calendula (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Révision de 25 mars 2021 à 11:19 par Michel Chauvet (discussion | contributions) (Calendula arvensis (cultivé))

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Xeranthemum
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Mulgedium


[Tome VII, 162]

Calendula arvensis

Calendula arvensis (Linné.) — LE SOUCI


  • heliotropium, eliotropia, solisequium, bertamnum, bertaminum, bertannum, mulcetra, sicorium, corium, scorpion, iscorpion, dialiton ematites, lat. du m. â., Goetz.
  • caltha, calta, caltea, calca, caltoca, calendula, calandula, helitropium, helitropus, elitropia, solsequium, solsequia, solsequa, sponsa solis, vitulia, verrucaria, areola, l. du m. â., Dief.
  • incuba, menelaca (?), l. du m. â., Mowat ; (menelaca est traduit par l'anglais yellebotel.)
  • vertamnum, l. du m. â., Germania, 1889, p. 409.
  • solcicium, l. du XVe s., W. Stokes, Medical mss.
  • solologium, l. du m. â., Germania, 1881, p. 403.
  • sorologium, sorolugium, l. du m. â., Germania, 1881, p. 402 ; Steinmeyer, III, 585.
  • aureola, aurifolium, l. du m. â., Pritz. et Jess.
  • calthula, l. du XVIe s., Monhemius, 1542.
  • chrysanthemum, chrysanthemon oculatum, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • caltha minor, nomenclat. du XVIe s., Mattirolo.
  • solsegia, f., provençal du XIVe s., P. Meyer (dans Romania, 1903, p. 290).
  • solcecle, f., sourciele, f., soucicle, f., sucicle, f., soulcie, f., soucie, f., sucie, f., soulciz, m., soucic, m., soucite, f., anc. franç.
  • sorci, m., sourci, m., Aveyron, Lozère, Cantal, Savoie, Val d'Aost, Indre-et-L., Sarthe, Morbihan, S.-Inf., Pas-de-C., Yonne, C.-d'Or, Cher.
  • tsourchi, m., Brétenoux (Lot). r. p.
  • tourci, m., Ponts-de-Cé (M.-et-L.), r. p.
  • sourcî, f., Palaiseau (S.-et-O.), r. p.
  • soucik’, f., Guernesey, Métivier.
  • souciètte, f., suciètte, f., Beine, Prunay (Marne), c. p. M. A. Guillaume.
  • soucitt, m., Pamproux (Deux-S.), c. p. M. B. Souché.
  • ouciro, f., soucir, m., Corrèze. chouchir, m., Sainte-Geneviève (Aveyr.), r. p. — Corrèze, r. p.
  • souciss, m. sing., chouciss, m. sing., Aveyron, Aude, H.-Gar., T.-et-G.
  • soucice, f., Aunis, L. E. Meyer.
  • souciza, f., env. d'Albertville (Sav.), Const.
  • sôcice, f., P.-de-C., Nord, Cher.
  • soucije, f., Moûtiers (Sav.), r. p.
  • souciyo, f., Moustier-Ventadour (Corr.), r. p.
  • souciy’, f., Chauffailles (S.-et-L.), r. p. — Pissy-Poville (S.-Inf.), r. p.


[163]

  • soucî, f., Vendée, May., Indre-et-L., Somme.
  • souci, m., franç., J. Fontaine, 1512 ; etc., etc.
  • saouci, sôci, souchi, chouci, chouchi, souchë, m., suchë, m., chuchë, m., chouachi, en divers patois.
  • souciéou, m., Ruffey près Dijon, r. p.
  • soucié, m., Linas (S.-et-O.), r. p.
  • soucia, m., env. de Fougères (Ille-et-V.), r. p.
  • soucè, m., La Motte-Beuvron (L.-et-Ch.), r. p.
  • suss, m., Fougerolles (Mayenne), r. p.
  • souèbé, m., jargon de Razey près Xertigny (Vosges), r. p.
  • souliyak, m., Laguiole (Aveyr.), r. p.
  • sancigne, f., env. de Châteauroux (Indre), r. p.
  • sànsoucir, m., chànsoucir, m., Aveyr., r. p.
  • sansouci, m., Vaucluse, Loire, H.-Alpes, H.-Saône, Loiret.
  • souci d'ôr, m., Agon (Manche), r. p.
  • souci d'moè, m., Uriménil (Vosges), Haill.
  • calendula, anc. prov., Levy.
  • espouse du soleil, anc. franç., Philiatre, 1555, p. 158.
  • torne-soleil, m., anc. fr., Boisseau, Prompt. armor., 1658.
  • torne-midy, anc. fr., Le Bon, Etymol franç., 1571, p. 49.
  • horloge des villageois, franç., Epitome de la maison rustique, 1605.
  • herbe solaire, herbe du soleil, fiancée du soleil, horloge des paysans, Vinet et Mizauld, La maison champestre, 1607.
  • herbe au soleil, franç., Dinet, Hiéroglyphiques, 1614.
  • solo (= soleil), m., petit solo, m., fleûr du boûre (= fl. du beurre), fleûr du mwert, Prov. de Liège, c. p. M. J. Feller.
  • horloge de village, franç., R. François, 1622.
  • gobe, f., Passy-s.-M. (Aisne), c. p. M. L. B. Riomet.
  • gounde. f., anc. fr. d'Angleterre, Mowat. [De l'anglo-saxon golde qui désigne cette plante selon Earle.]
  • goude, f., anc. fr., Du Triez, Ruses des esprits malins, 1563, fet 23, recto.
  • goudier m., anc. fr., J. Camus, Nouv. trad. de la chirurg. de Mondev., 1902, p. 5.
  • fleur glôde, f., Bourg-Saint-Maurice (Savoie), r. p.
  • chôdë, masc., Champlitte (Haute-Saône), r. p.
  • gaouk, m., Plan-du-Var (Alpes-Marit.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • gauch, m., anc. toulousain, Oger Ferrier, Remèdes de peste, 1548, p. 64 ; Noulet, Œuvres de Goudelin.
  • gaouic, m., niçois, Colla.
  • gaou, m., Lot.
  • gaoujé, m., Montpellier, Magnol, 1686.


[164]

  • gaouché, m., prov., Pellas, 1723 ; Aix-en-Pr., Gar. — Apt, Col. — Var, Hanry.
  • jône violi, m., Corniéville (Meuse), r. p.
  • dzanèta, f., Barcelonnette (B.-Alpes), c. p. M. Ed. Edmont.
  • vorètte, f., Veauchette (Loire), r. p.
  • fleur de cocu, Jonzac (Char.-Inf.) r. p. — Marne, c. p. M. L. Maussenet.
  • cocu, m., Avesnes (Nord), r. p. — Aisne, c. p. M. L.-B. Riomet. — Pierrefonds (S.-et-O.), r. p. — Châtillon de Mich. (Ain), r. p.
  • cokýu, m., Rhétiers (Ille-et-V.), r. p.
  • flammine, f., anc. franç.. Du Cange, VI, 293. — wallon, Sem.
  • flaminètte, f., liégeois, Forir. — namurois, Grandg.
  • flan-minètte, f., montois, Sigart.
  • flamin, m., wallon, Semertier.
  • flèy’, f., Ruffey près Dijon, r p.
  • fafara, f., Val d'Aoste, c. p. M. Ed. Edmont.
  • courtézia, f., Vallées vaudoises, c. p. M. Ed. Edmont.
  • týëzin, m., Saint-Braix (Suiss. rom.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • maou d’oulhs, m., Olette (Pyr.-O.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • mirliton, m., Seine-lnf., Delboulle.
  • manotiè, m., env. de Valence (Drôme), r. p.
  • motte de jodi~ , f., Bru (Vosges), Haill.
  • margueritte de m'hhô, f., Médonville (Vosges), Haill.
  • corbion, m., Saulxures-s.-M. (Vosges), Haill.
  • garrounada, f., Sorède (Pyr.-Or.), Conill.
  • beluarda, f., vaudois, Bridel.
  • fleur de mort, Belgique wallonne.
  • bouan, m., Tréveneuc (C.-du-Nord), r. p. (?)
  • catherine, f., Prusse wallonne, c. p. M. J. Feller.
  • petit valet, Polleur (Belg.), Rev. d. tr. p., 1902, p. 376.
  • bokedou sansouci, bret. de l'île de Sein, c. p. M. H. Le Garguet.
  • rossecu, rosku, roussingl, roucing, breton. [E. E.]
  • golde, gloden, rode, anglo-saxon, Earle.


« Jaune comme un souci. » loc. pop. — « Couleur de soucy. » Mme d'Aulnois, Contes nouv., 1701, III, 7. — « Jaune souci = certaine nuance de jaune, le jaune aurore. » Dambourney, Les teintures, 1786.

La coloration artificielle du beurre s'obtient en bien des endroits avec les fleurs du souci.

« L'année que les soucis ne fleurissent pas dans le jardin il y aura un mort dans la maison. » Ruffey près Dijon, r. p.


[165]

« Si une femme mariée en maniant une fleur de souci dans ses mains en laisse tomber un seul pétale cela indique qu'elle a attrapé une maladie honteuse avec un autre homme que son mari. » Ponts-de-Cé (M.-et-L.), r. p.

« Semblable à la soulcie qui ouvre ses fleurons la part que reluit le soleil et les ferme à la perte de sa présence. » Allard, 1605, fet 267.


Langage des fleurs. — Le souci symbolise le souci, le chagrin, par jeu de mots. « On n'aime pas avoir de soucis dans les jardins, on en a déjà bien assez sans ceux-là. »

Dans une chanson de noces des Landes, le père, le frère, la mère, etc., disent successivement à la nouvelle mariée : « Lève-toi, jeune épouse, de matin, cueillir la rose en ton jardin, et prends le souci qu'il te faut ! » Voyez Métivier, p. 504.

« Le souci symbolise le cocuage. » Oise, Côte-d'Or, r. p. « Celui qui aime ou manie le souci sera cocu. » Naintré (Vienne), r. p.

« Un bouquet de souci envoyé à un mari indique symboliquement qu'il est jaloux. » Poncin (Ain), r. p.

« Le souci dans les emblèmes désigne le soleil. » De Boissière, Devises, 1654, p. 28.

« La fleur du torne-soleil symbolise l'homme de bien qui a toujours son cœur et ses actions tournées vers Dieu. » J. Boisseau, Promptuaire armorial, 1658, 1re partie, p. 15.

« Le souci symbolise la patience. » Jardin spirituel de l'âme dévote, s. d. (vers 1500).

« Plusieurs brins de souci signifient : alliance. » Traité curieux des couleurs, 1647, p. 84.

Saint-Jean l'Evangéliste porte sur sa tête une fleur d'héliotrope (= souci). Voy. Cahier, Hist. de Dieu, 1843, p. 32 ; Didron, Iconogr. chrét., p. 8 : Annales de philosoph. chrét., XXVIII, 386.

Calendula arvensis (cultivé)

Calendula arvensis (variété cultivée.)


  • souci de la reine, souci de Trianon, souci-anémone, franç., Le bon jardi-


[166]

nier pour 1805. [C'est dans le jardin de la reine, à Trianon qu'il a été d'abord cultivé.]
  • genevois, m., Franche-Comté, Bullet, III, 2e partie, p. 37.

Calendula pluvialis

Calendula pluvialis (Linné.)


  • souci d'Ethiopie, franç., Rozier, 1801.
  • souci pluvial, souci hygromètre, franç., Bastien, 1809.