Additions et corrections du tome 9 (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Révision de 17 juillet 2013 à 22:07 par Michel Chauvet (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Tournepage |titre=Eugène Rolland, ''Flore populaire'', 1896-1914 |titrepageprécédente=Mercurialis (Rolland, Flore p... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Mercurialis
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
'



[Tome IX, 257]

ADDITIONS ET COHHECTIONS

  • PHL01IIS, p. :1.
  • Les Grees désignoient par le mot l'hlonws qui Yient du n•rbe phlegd,
  • brùler, une plante dont la moi'lk serYoit de mi-che ù leurs
  • lampes : ce nom a i·té transpol'lé pat· les :\lodernl's it un
  • genre nombreux de la Didynamit--gymnospermie. famille des
  • Labi<'es. De toutes les espi-cl·s herbacées une seuil' est cultiYéc,
  • e'est le I'H!.oms "ITBJ;HEI;x, Ph/omis tuberosa L1x. Plante• de
  • pleine tetTe, originaiJ·e de Sibérie .... Bon .Jardinier pom· 1811.
  • eslepa blenera. catalan.
  • san>i uni, sicilien.
  • LE 11.\HHl'BE, p. ;J.
  • lllw·roubiou, m., marrorwiou, m. Corse, c. p. :\1. Ed. E1n10:-<T.
  • P. Ï, 1. !l, lil'C: ponpon.
  • L'HEHBE AC CHAT, p. 8.
  • nepila, f .. nebida, f., Corse, c. p. :\1. Ed. EtH!OXT.
  • Lr'EHHE TEHHESTHE, p. 9.
  • Le Gli·chùn des G1·ecs était notre .lien/ha l'ulegium L. Bocrhaan·,
  • s'emparant de cc mot, en a composé le nom de Glechoma
  • qu'il a appliqué au Lierre terrestre, Hedenz lerrestris des
  • anciens botanistes. Il est clair que le mot de Gleclwma est
  • mal construit, et qu'il aurait fallu dire Gleclwna. ou mieux
  • encore Gleclwnion. expresS:ion qui dérive de GlèclHîn, comme
  • .lfêconion de :\lêcôn (Pavot), Botryon de Botrys, Rhynclrion
  • de Hhynchos, Thamnion de Thamnos, etc .. Je p1·opose donc
  • de dire dorénavant Gleclwnion hederaceum. Sprengel s'est
  • se1·vi du nom de Gleehon pour désigne1· un genre de Labiées

[258]

de l'Amérique méridionale; S.u:n-LAGJm, Réforme de la

  • nomenclature botanique, 1880, p. 4.
  • i:::ar, breton, LE G.
  • LA ~IÉLISSE, p. 13.
  • abelhano, s. f., :\Jelisse ou citronnelle. - abe/lw, parce que les
  • abeilles tirent le meilleur miel de cette plante, dont elles
  • sont friandes. - Az.üs.
  • LE CAL.UIEXT, p. 16.
  • calmante, f., anc. fr., Hisl. litt. de la Fr., t. XXX, p. 348.
  • nepita, f., nebida, f., Corse, c. p. :\1. En. E1n10:-.T.
  • LA SAHRIETTE, p. 1i.
    \1. FELLEH fait cette critique ù propos des formes wallonnes de
  • la p. 18 :
  • .Je ne reconnais pas, dans les formes qui précèdent sariyNe, des
  • formes wallonnes; c·est pourquoi il faut : ou hien rejeter ce
  • SARIY?:TE mali. ù la fin de l"énnmération, ou hien supp1·imer
  • simplement wall. (Ces sm·tes d'énumérations en salade ne
  • valent pas grand chose. Je regt·ette que Bolland ait introduit
  • ce procédé simplificateur.)
  • CLIXOPODIDI \TLGAHE, p. lï.
  • grand basilic, BUisso:-., 1ii9.
  • l>arico fer, Apt. CoL.
  • do mèdchotté, Ban de la Roche, ÜHERLI)(.
  • ORIGANU~I CRETICU~I, p. 20.
  • origanell, breton, P. GitÉGOIIOE 1 E. E. :.
  • aourigan " o1·igan >>, confondu avec marjo/ « i•tmjoline "· breton
  • de Saint-Pol-de-Léon, Mu. Ix ~IS. [ E. E.).
  • ORIGANUIII, p. 20 et SUÏV.
  • Origan, dictame. Sur les vertus fabuleuses attrib. par les anci<'ns au
  • dict. voyez W. HERTZ, Sage vom Giftmaedchen dans .-!bhandl. d. k. bauer •
  • • tkad. d. Wiss., Cl. 1. XX, tome I, p. 105.
  • LA MARJOLAINE, p. 22.
  • basilic des prés," rio/eau, riolet, :\1.-et-L., VERRIER.
  • arroser la marjolaine= boire un bon coup. Val d'Aoste, r. p.

[259]

SYMBOLIQUE. - maggiorana maggiore amore di di in di. Lang.

  • Symb. MoRATO, 1556. - Symboliquement = soyons heureux
  • puisque Vénus nous p1·otège, Félix FRAXK, Danse des fous,
  • 1885, p. 116.
  • marjo/, " marjoline >>, breton de Saint-Pol-de-Léon, confondu avec
  • aourigan, « o1·igan >> :\hLIX, MS. fE. E.].
  • LE THDI, p. 26
  • turcanlyn, IH"et., P. Gm~G., turkantin, 111., Tnomm, etc. fE. E.f.
  • tbeym, lyn, Jn·eton, P. GRiiGOIRE, timm, tin, m., LE (iONIDEC, tin,
  • m., 1:A.. etc. fE. E.J.
  • munudik-lmi: (= gmnd serpolet), muniHiik-liors (= serpolet de
  • jardin), LE (imHDEC. fE. E.].
  • P. 2ï, 1. a, a\·ant la fin, :'11. Ernault préfè1·c la graphie régulit'-re
  • c'lwue: vad.
  • P. 2~, 1. !J, dans l'ONmiASTIQt:E, lii·e : Les Férigou/ets.
  • LE SEHPOLET, p. 2!)
  • Le sc1·polet s'appelle en tla111. et en ho!!. On:c-Lieve-Yrouw-bedstroo,
  • 110111 qu'on h·ouve déjù dans Die Ortis sanitatis of Grooten
  • Herbarius de 1:il-!, et qui se retrouve aussi en Allemagne. La
  • légende pop. en Flandre raconte que sainte Anne couchait sa
  • fille Mal'ie sur un lit de serpolet. Encore aujounl'hui les
  • enfants du Pays d'Alost di~ent, en apcrce\·ant cette herbe :
  • « :'\otre-Dame a couché lit-dessus.>> (A. DE C.).
  • pussai, sa,·oie, COLLA.
  • po/ion, ù Aoste, COLLA.
  • rue du Serporat, à Bonleaux.
  • Serpolh, nom propre, Am·e1·gne, en 1303. Reuue de la H"-Auuergne,
  • p. 21Ci.
  • Serpoul, fam. de la Lozè1·e.
  • Farigoule, fam. de la Haute-Loire.
  • LA )!El\'THE, J2~ 36
  • P. 39, escoutcz pas la mento, ete., minte, f., signifie aussi men.
  • songe. Cette histoire a l'air de joue1· sur les mots minle et
  • sal1>ia (qure salvat). - .J. FELLEII.
    lfentlle, nom de famille.

[260]

LA MENTHE SAUYAGE, p. 4:J

  • méntastrou, m., méntrastou, m., mintastrou, m., mintrastou, m.,
  • Cm·sc, c. p. :\f. En. EnMO;I;T.
  • LA LïSDIACHE, p. 55
  • Il y a deux sm·tcs de Lysimacllia: l'une à tige grêle, couchée, comprenant
  • la L. nummularia Linnei et la L. nemonzm L., l'autre
  • à tige robuste, dressée, haute de 0,60 à 1 m., comprenant la
  • L. vulgaris L. ct la L. tllyrsiflora L., plus cc1·taines variétés de
  • la L. vulgaris (1). Il faut interpréte1· ce qui est dit ici du genre
  • comme ne s'appliquant qu'aux espèces it tige dressée. J. F.
  • tcllèsse-bosse, f., wallon, LoBET [J. F . .J.
  • wèrnèye d'éwe, f., wall., LOBET rJ. F.].
  • sâvadje matrûne, f., djène matrûne, f., par opposition à la malrûne,
  • qui désigne la julienne de :\la hon et les phlox; wallon de
  • Pepinstc1·, J. FELLEH.
  • yèbe qui lowe lès bèrbis, wall., LoB ET [J. F.J.
  • bè solo, Ill., Yervicrs, LE.JEU;I;E, LOBET; Liège, FOHIR; BEAUFAYS,.
  • Flore, p. (il [.1. F.J.
  • yèbe du tos les mâs (herbe contre tous les maux) wallon, LOBET.
  • flelir du PièJju-marèye (f. de la vierge: on en sème à la pl·ocession).
  • wall., de Soizon. - .1. F.
  • mor11·on, m., wall., à Charneux-Jalhay; djène coucou, m., wall., à
  • Harié-Aywailles, mi/feuil, m., ct trainârd, m , wall. à Clermont-
  • Thimistel' ; s<lvar(ie mus', m. (musc sauvage, non ù
  • cause de l'odeur, mais it cause de la couleu1· des fleurs et de
  • l'aspect frêle de la plante), wall., à :\lortroux (pays de Herve),
  • .J. FELLEH.
  • LE )IOCHON, p. 57
  • giey:, gley, breton, P. GnÉGOIHE (EHNAULT, Glossaire moy. bref., 2(i2);
  • gluéil, hnc.ton vannetais (E. E.).
  • au lieu de Cledcn-cups, lire Cleden Cap-Sizun.
  • LE PAIN DE POURCEAU, p. 61
  • pam'puurtclrinou, m., f)jor di coucnu, m., ~orse, c. p. M. En.
  • Ernw:<T.
  • (1) Le Ycn·iétois LOBET notc> rlnns son J)ietionn. wallon que ln Lysi:"acltirr.
  • uulgaris sert fc'est-ù-dirc> sen·nit] ù teindre la laine en jaunP.

[261]

LA PHDIE\'ÈRE, p. 63

  • pigle, anc. fmnç. Romania, 1!)08, p. :\12. Ce n'est pas la bugle, citée
  • aupanwant.
  • piyula, ~low.n- : l'identification est incertaine et a besoin d'être
  • confirmée.
  • carcàuort, m., Somme.
  • << Etendons-nous sur la b1·asse, à c't'heure », proclama l'un d'eux,
  • aYant de somnoler.
  • D'autres marchaient, infatigables, ou chantaient.
  • l'n gars entonna : " Doux moments que je passai - près de ma
  • chère Lisette. - Doux plaisil· que je goùtai - quand je la
  • trounti seulctte. JJ
  • l'n camarade répondit par cette cantilène : " Allons cueillir du
  • porion pour les garçons - de la \"iolette pour· les fillettes -
  • des pommeroles pour les p'titcs folles -- du coucou pour tous
  • les fous.>> :\"ormand, - Sans autre référence à la découpm·e
  • imprimée
    \"ote de :\1. FELI-EH :
  • Le nom de fleur de coucou est commun it nombre de plantes, mais
  • il est toujours donné à des plantes qui tleurissent au printl'mps.
  • L'esprit a créé un rapport entre la !leur ct le premier
  • chant du coucou. Le rapport entre ln plante et le cocu me
  • paraît postérieur·, suggéré par le nom, de même que les
  • croyances atTérentes sont inYentées pour expliquer le nom ou
  • suggérées l·galcment par le non1.
  • LA GHAXDE PHDIE\'ÈHE, p. 77
  • Dans les noms bretons, :\1. Em>AULT corrige pukodo tlliiiV en pukodu
  • 'nanu, et barwiman en bara 'g àman
  • ToPoxo~IASTIQCE. - Hameau de la Plumardière ou Primaudière,
  • commune de MontchauYet, Cah·ados.
  • Holland a écrit un article • Les formulettes de la Primevère »
  • dans J!é/usine, t. X, col. 228-!!tlO .
  • .Je trouve cette note :
  • ·" Immédiatement après primula insére1· androsaces, voil· dans mes
  • liches >>, énivait Rolland; mais j'ignore en ce moment où se
  • tl'Ouvent les fiches sur cette plante. - H. G.

[262]

L.\ PRDIEÄ·~:RE DES PRÉS, p. 77

  • c~,:;,; d'O/ante, m .. liégeois. Fonm (lisez clédjè d'Hollande, clédjè,
  • c/édiè = clé-Dieu, .J FELLER.
  • LI. GLOHl'L.\JHE 1THBITH, p. ï9.
  • Sur le nom soutcl!ié :\1. FELLER rema1·que :
  • .Je pense à souche/. Cependant il est possible que la plante tire son
  • nom du lieu, non sous une forme adjecti\'e, ce qui est commun
  • (ex. Paconia), mais comme substantif : c'est ainsi que le
  • chrysuntl!emum segetum, appelé fleur de Jalhay da1is certains
  • villages au S.-E. de Veniers, est simplement dénommé Jalhay
  • dans d'autres. :\lais cc phénomène est rare.
  • L.\ LDIOI:\E, p. 82.
    '\ous anms, très prés d',.\\Tanches, au Gué-de-l'Epine, une plante
  • que le peuple appelle très bien, pour l'apparence, la lavande
  • de mer : c'est un végétal des sables maritimes, le très ra1'e
  • Statice Dodartii, que J'on a confondu avec l'occidcntalis. A cette
  • occasion : constatons la richesse florale de l'Avranchin, qui
  • aux plantes qu'on pounait appeler te1-rest1·es ajoute celles du
  • littoral. Ce statice forme des bouquets charmants et d'un
  • aspect o1·iginal, sc conscn·mlt longtemps. - Soc. d'archéol.
  • d'Avnwches. 18H3, p. 345.
  • LE GR.\XD PLA!'\TAI:\, p. 84.
  • Additions de i\1. Ed. En~IOXT :
  • herbe clwncrière, f., :\oyal (Côtes-du-l'\.).
  • plantatsé, m., Tarn.
  • méllwoutso, f .. \'ogü. (Ardècht·).
  • püan'ta/11, m., Vallées vaudoises.
  • koua dé gal'i, f., Saint-Maximin (\'ar).
  • tcl!in'kui narba, f. (= 5 ne1-fs), Cm·sc.
  • Yoil· d'autres noms du plantain dans GiLI.I~:no~ et EmroxT, At/.
  • ling,_. fasc. 2'2, cm·te 1027.
  • << Aunms portent les racines de plantain penduës au col. pom· faire
  • resoudre les escrouëlles. » MATTHIOLUS, Corn rn sul' Dioscol'ide,
  • 16:i5, p. 212 [Ed. Em1.].

[263]

[264]

Additions de ~f. Ed. EIHIONT :

  • orèy' d'tin'. env. de Beaumont-lc-Hogei' (Eure).
  • langue de l"'rbi, f., Saint-Christophe-sur-Concll- (Eure).
  • cilrelle, f., Gorges (Loii·e-Iuf.).
  • filuré, m., Corse.
  • PI.A:\TAGO AHE~AHI.Ä (L.), p. 9.).
  • oeil de chien, m., franç., CAHIOT.
  • PLA~TA<iO COIW~OPL:s (L.), Jl· DO.
  • pied de corneille, m., frau<: .• CAHIOT.
  • LE FOS.Ä1~, Jl. Dï.
  • fousadjyina, f., Corse, c. p. :\1. Ed. En~IOl<T.
  • s/;ao-yrac'II (-- sureau de vieille), breton, LE ().
  • I.e Garait, loe. de la Haute Loire.
  • Gare/, nom de t:tmillc.
  • LE HOl"X, Jl· 11J2.
  • Voir d'autres noms du houx dans ()II.LII::no:o.- ct Ed. En~IO:-<T, Allas
  • liny. de la Fr., fasc. 1.>, carte 701.
  • "A :-\oël, dans le pays de (jalles, chaque homme conduit sa kiHme
  • sous un bouquet de houx suspendu au plaliJild, et lui scuhaite
  • une bonne année. >> A. DE CHES:-<EL. niel. des SllfJ., ~:->0.
  • [Ed. EnM.j- [ù vérifier.-- H. (;.
  • " Quand on \'eut préscn·cr la chair ,;alée, des rats, on met des
  • fueilles de houx à l'entour de la conie. d'oi1 on la pend. Et
  • pource que ccst arbre est toujours verdoyant, on pi'eiHI de
  • ses branches poUI' faire parade au devant des Eglises,"" sur
  • les autels, que les paysans emportent puis en leurs maisons :
  • estimans par ce moyen sc pou\·oir garcntir des foudn·s, et
  • chasse1· toute cnchanteric, se fondans sm· J.'linc qui dit, que
  • si l'on plante le houx en une maison ou village. qu'il y sert de
  • contrecharme. Il elit aussi que iettant un haston de houx
  • contre quelque animal que l'l' soit, cl qu'on n'ait cu la force
  • d'en toucher l'animal contre qui on le icttoit : cc nonobstant

[265]

Je baston estant a terre, se roule•·a et s'approchera de J'aniinal

  • contre qui on J'a ietté : tant est admirable Je houx en son
  • naturel.» :\IATTH., Comm. sur Dioscoride, 1655, p. 82 fEd. Em1.].
  • ToPoxo~rASTIQUE : Houchin, les Houches, Houchinel, le HousseZ, la
  • Housserie, la Houssoye, loc. ct lieux dits du Pas-de-Calais
  • [Ecl. ED)L1.
  • Argnya, m., Loire.
  • Orgnenilla, m., Allier.
  • llen:;i, :\lalmécly (Wallonie prussienne).
  • Les arquebusiers à cheval étaient appelés argoulels, paree que leurs
  • arcs étaient en argoulels. - L'explication est cie CHAMBURE,
  • p. 48.
  • houssc-queminée = •·amonem·, Cambmi, Saint-Pol.
  • Le houx sert d'enseigne aux cabarets en Auvergne.
  • La ville de Gannat en avait autrefois dans ses armes avec cette
  • devise : nul ne s'y fl'Otte si gant n'a.
  • Hf:RALHIQUE: \'oir HENESSE, IV, 129-131 et 1:>5-().
  • ToPaNOMASTIQUE : Le Buisson d'Houille, lieu-dit du Camln·ésis,
  • BONIFACE, 18OEi,
  • Ouilly-du-Hou!ey, loc. du Calvados.
  • L'Argolel, loc. l'Il Bourgogne: L'Argolay, Nièvre. CHA~JH.
  • llulserolas, llulsinas, loc. de la Belgique wallonne, en latin du m. â.
  • GRANGAGNAGE, AtiC. noms de lien, 185!1, p. 37.
  • Jlulisbaclz, GRANDG., ibid.
  • ONOMASTIQUE : Lagrafel, Lat'{euil, La!lrevol, Grifoulet, (;rifJoul, Griboul,
  • Lagriffail, Griffon, d'Agrèi>e, Orfeuil.
  • Holley, Hou~elot, l.ahoussère, Houillère, 1/ousseray, llouillon.
  • Delwusse, Hou::et, Hous.~et, llnssey, /lu:;on, Hou:elle, Housiau:
  • r, Heu::e, Houllé, Lalwusse, Houssemaine, Haussier,
  • Lehoult, Heu, Heuse, Lelwt, lndelwu.t>, Houllien.t·, Courlelwn.
  • t·, Deshusses, Dello lu·, De Olce (fam. des Lanclcs).
  • Cousseau, Coussidiere. Cou:ard, [,acottX, Cousseaux, Decoux, de la
  • Çonssoye, Coussh:re, Lescou::ères. - iHolo:et - H. G.J
  • C'est à tort que Bolland- (comme ill' a l'econnu lui-même dans ses
  • notes) - avait rapporté ici (p. 11-l) des noms comme Oudiu.

[266]

lloudin, et autres (comme Oudry). Ces noms viennent, comme

  • Eudes, de l'ancien nom gennanique latinisé en Odo, gén.
  • Odonis. - Et plusiem·s des noms que Holland rappMte au
  • houx peuvent venir de l'ancien fr-ançais (d'origine germanique)
  • lieuse" jambièt·e "· -- H. G.
  • Les noms flamands Hulsl, """ Hulsl (d'oit en ft·ançais d'lfulst,
  • Ver/wlst).
  • Voir dans .11élusine, t. XI, col. 459 ct 48\lun conte en patois ariégcois
  • sut· le houx, publié d'aJlrès les papiers de Rolland.
  • LE COHNOUII.LEH, p. 117.
  • Voir Dt:CANii~:. s. v. pafustum.
  • Sur l'ol'igine du nom cornus, voir .llélanges ling. offerts à M. Meillet.
  • 1!102, p. 77 et 112.
  • bois de chien, bois sanguin, M.-et-L. VEIIRIER.
  • ToJ>o:-;oMASTIQI;R : J.a Cornielle, lieu-dit de la :\feuse, OuRY, Rép.
  • Arch. de Colomlmy, 1865.
  • OsmiASTIQUE: Cormillot, f:ournolet.
  • Additions de i\f .• J. F~:r.u:u:
  • kwèynotili, m., cmafJIWÛli, wallon, r. p.
  • l"onyolili, m., Harzé-Ayvaillcs, prm·. dt> Liège.
  • couynoûli, m., Soiron, pr·ov. de Liège.
  • cornèli, m., Chiny, Luxembourg méridional.
  • ToPONOMASTIQUR : Cornois, Cornoy, Cornais. Cornet, Cornu!, m.,
  • loc. du Nord de la Fmncc ct du Hainaut.
  • I.E SANGUJN, p. 124
  • Voir d'autres noms du cornouillct· sanguin dans GII.LlliiiON d
  • Etn!ONT, All.liny. de la France, fa sc. :12, carte 1517.
  • " On dit que si une personne mordue d'un chien enragé tient en sa
  • main une lu-anche de cet :trbrisseau,la vapeur ou odeur qui en
  • sort excitent en luy le p:troxisme de la r·age. » LEMEIIY, Traité
  • des Drogues, Hi98, p. 223./Ed. EuM./.
  • LE UEHRE, p. 130
  • 'J';"Jf,(-:-1);, gaulois." DwscoRJDE [Voir HoLDEII, s. v. subites. H. G./.
  • édrrra, f., édéra, f., ellara, f., ill111·a, f., Corse, c. p. M. Eu. EDMONT.

[267]

Voii· d'autres noms du lierre dans GILLIÉRON et EDMONT, Ail. ling

  • de la Fr., fasc. 17, carte 768.
  • TOPONmiASTIQV": Liéres, Lihettes, loc. du Pas-de-Calais [ED. EDM.j.
  • « En Xonnandie, autrefois, pour connaître quel saint il fallait invoquer
  • dans une maladie, on jetait dans !'!)au d'une fontaine des
  • feuilles de lierre sm· chacune desquelles était tracé le nom
  • d'un saint; on les ·retirait aussitôt, et celles que l'eau avait
  • transpercées indiquaient les saints dont on était malade. >>A. DE
  • CHESNEL, Dict. des Snp., :i55. [Eu. EoM.j.
    \'otes de l\1. FELLER :
  • p. 131 : Il s'agit probablement ici, parfois, du lierre TERRESTRE, gleclwma
  • hederacea, qui est une labiée.
  • rampe, f.. ù Chiny, Luxembourg belge.
  • et lire ranpyotz/e.
  • LI::«ENDE o:-.o~!ASTIQUE : Dès les premières années du XI' siècle, ou
  • trouva en plein bois une statue de la Vierge. On y éleva
  • une chapelle, consacrée à N.-D. de Liarre (lierre). Autour sc
  • groupèrent des cabanes. Aujourd'hui le village s'appelle Liart
  • tout CQurt (Ardennes fi·an<;aises). ALBEHT .MEYHAC, Traditions,
  • légendes, etc. de /'Ardenne, p. :!23.
  • Sc trouve ci-après v" symbolique.
  • " Oli je m'attache, je meurs >>. Proverbe wallon cité en f1·ançais,
  • mais souvent déformt: en << .Je m'attache où (pent-être ou) je
  • meurs >>. - .1. F.
  • L'AliAHAXTE, p. 140
  • herbe de ponër, Savoie. [.J'ignore quelle variété. - H. G.J.
  • LA BETTE, p. 143
  • asperge de cordonnier, M.-et-L., VERRIER.
  • La Blclonède, lieu dit du Var, RICAUD, Arch. civ. du Gard, 18112, t. 1,
  • p. !J5.
  • Bléclon, t'am. de Loir-et-Che1·.
  • LA BETTE HA \'E, p. 146
  • Additions de M. Eo. En~IONT :
  • hétrnpr, f., Isbergues (P.-dc·C.)

[268]

blédérabouk', f., Rivesaltes (Pyr.-Or.).

  • br/arava, f., Fontan. (Alpes-:\1ar.).
  • houit', f., Pamproux (Deux-Sèv.).
  • houtt' mve, f., île d'Oléron (Char.-Inf.).
  • bondance, f., :\fcillerie (Haute-Sa\'.).
  • Isolé, m., Courmaycur (Val d'Aoste).
  • Voir d'autres noms de la betterave dans GILLHinoN et EDMONT, At/.
  • ling., fasc. 31, carte 14(;1.
  • LE BON HE:-;"RJ, p. 149
  • sûvadge spinû, m., wallon.
  • !]èbe du lchèpetî, f., (herbe du chm·pcntiei'), (LOBET), p. c. q. les
  • charpentiers s'en servaient pour panser leurs coupures. \\'allon.-
  • J.F.
  • LA Vl'LVAIRE, p. 150
  • " Un préjugé, propagé pa1· Gilibert, c'est que les feuilles fi·oissées
  • de cette plante, introduites dans les narines, arrêtent instantanément
  • les spasmes hystériques. » A. DE CHESNEI., JJicl. des
  • Sup., liO.jEn. EnM.j.
  • L'ANSÉRINE, p. 151
  • ârèpe, f., Hossignol, Luxembourg méridional.
  • sûvadje êripe, f., Wallon. - .J. F.
  • blanc-bos, m., poplier, m., Saint-Pol (P.-de-C.), c. p :\1. En. ED~IONT.
  • poulette, f., env. d'Avranches (Manche}, c. p. M. En. EiniONT.
  • CHENOPODIC~I BOTHYS, p. 154
  • millegraine, f., oakc of .Jcrusalem, oake of paridice (ou herbe), Con; ..
  • 1650.
  • L'ARROCHE, p. 156
  • ûripe, àrèpe, érèpe, f., bone-dame, f., wallon. (1iripe est pom· al'l'iple
  • ct vient de alriplex).- J. FELLEII.
  • loraige, f., ancien niessin, Romauia, 1908, p. ;w;;.
  • anoche, f.,.franç., Alberti, 1770. (Si anoche n'est pas une faute de
  • lecture, cette forme.mériterait d'être signalée comme exemple
  • de 1' > 11. - H. G.).

[269]

bonnes-dames, f. pl , Saint-Pol (P.-de C.), e. p. :\1. Eo. EiniO~T.

  • crasse-glenne, f., Isbergues (P.-dc-C.), e. p. 1\f. En. EDMO~T.
  • spinatchi, m. pl., spinadji, m. pl., Corse, e. p. M. En. EnMONT.
  • 2()9
  • i O~O)IASTI().I:E, Espinasse, Espinas, de l'Espinasse, quoique L. LAnCHEY
  • explique ces noms comme « ten~lin couvert de buissons.
  • - H. G.].
  • LA PATIEI\CE, p. 167
  • dwzkc, anc. franç. Romania, l!IOS, p. 512.
  • porrée de saint .Uarlin, L!i)OERY, Sotw. Rec. des plus beaux secrets,
  • tï:-17, t. li. p. 2ï4.
  • La patience est une grande n·rtu, mais on ne la tt·ouYe que dans le
  • jardin des capucins. Suisse romande.
  • L.\ P.\TIEXCE DES ,f.\IWIXS, p. 172
  • ,:pinards pctpélucls, m. pl., Saint-Pol (P.-dc-C.). c. p. ~1. En.
  • EDMO~T.
  • LE SANG DH.\GOX, p. 173
  • sang de .Jesu Christ, Iles Baléat·cs.
  • L'OSEILLE, p. 173
  • Additions de ;\1. En. EDMO~T :
  • sanadèlo, t'., Tat·n-et-(im·.
  • sansabèro, 1' .. saladho, f., sa/sarèlo, f., Ariège.
  • l>inagrèdo, f., Auzat (Al'iègc).
  • grijial/', f., Saint-Braix (Suisse rom.).
  • f<Jfô, m., \'issoye (\'alais).
  • assouilo, f., aciloulo, f., aciluula, f., vn1l. vaudoises.
  • erl"' bdchka, f., Cluîtillon (\'al d'Aoste).
  • \'oit· d'autres noms de l'oscille dans (iiLLif'RON et Emw;o.;T, At/. liny.
  • de la Fr., fasc. 21, carte !154:·
  • On dit plaisamment pour dèsignct· l'acte par lequel une pet·snnnt• a
  • déplu ù une autre : 1 a pissat per la vineto. (li (ou elle) a
  • pissé dans son oscille.) Montauban (T.-ct-G.), c. p. ;\f. A. I'Ennosc.

[270]

La semence de l'oseille cueillie par une main virginale assopit, prise

  • en breuvage, l'ardem· des reins, Fusr, .llastigophore, 1609,
  • p. !JO.
  • LA PETITE OSEILLE, p. 178
  • oseil/ettc, f., oscillette de Pliques, f., franl;.
  • /ile sure/le, f., sure/le smwache, t'., env. de Saint-Pol (P.-dc-C),
  • c. p.;\!. En Ernw:çT,
  • wrclle d'Anignon, f., Ligny-Saint-Flochel (P.-de-C ), c. p. ~f. Eo.
  • Emro:çT.
    \1. .J. Feller I'emarque pour le wallon : « C'est la grande oseille,
  • ntmc.t· ol>lusij'olia, qui JlOI'te le nom de suraTe di vatche. »
  • Et il faudrait lire, ibid. : sum/e di bèrbis, et p. li!l : surale di
  • Jlam'sèle.
  • LE SAHHASI::-1, p. 179
  • sabouyarl', m., \'abre (Tarn), c. p. ;\1. En. Emro:çT,
  • filjou, m , Le :\las-d'Azil (Ariège), c. p. l\1. Eo. EmiONT.
  • moron, m., mouriscou, m., Castillon-en-Couserans (Ar.), c. p. M.
  • En. Einro:çT,
  • mimuurclle, f., l'IlV. de CaZ.:·res (Haute-Gar.), ('. p. ;\1. En. En~IONT.
  • boecaul, m., ane. fr., Romania, 1!102, p. :\62; l!IOï, p. 2;>8. -
  • bocyhe!e, fr., Lille, 1-HH, Gon. - beaucuil, bouquellc, boyuette,
  • baudine, fr. dialel'fal, LITTRÉ.
  • boucollc, f., />uucolle, f., fr.-comt. - buhela, t'., vaudois. - boh<'le,
  • botikèle, :\'onl, Bclg. wall. - bolclré, m., Tom·eoing.
  • bocoll', f .. boucoll', f., Haute-Sa,·oie, c. p. M. En. EnMONT.
  • rouhe/l', m., Séez (San>ie), c. p. ;\1. En. EnMO:"T.
  • yranell', f., vall. vaudoise, e. p. :\1. En. ErnJO:"T.
  • lrékûa, f., lrè'kéya, f., lerkéyù, f., Ain, e. p. ;\1. Eu. ErniONT.
  • malhorro, f., Quillan (Aude), c. p. ~1. P. CALMET.
  • pabiall', m., Labouheyre (Landes), c. p. M. F. A~IANIHN. - Pays
  • d'Alhrd, Duc.
  • yabatclr, m., env. de Foix (Ar.), c. p. ;\1, SrcnE.
  • dmyée mu· c/Jevau.t·, f., fr., DonOENS. --- L'Escr.t:sE,.1557, p. :11\l.
  • yri::e, f., yrè:c, f., grijc, f., yric/r', f., grilrlre, f., Vosges, Haute-Saône.
  • Voir· d'aut,·es noms gallo-romans du sarrasin dans GrLLII~RON' et
  • EDMONT, Ail. liny., fasc. 2(), carte 11!12.
  • me/ica, mclcya, ital., OumN, 1681. - sarracino, ital., A~IBHOSIN'J,

[271]

1H66. - formentin, Saluces, EANDI. - fi·àiua, milanais,

  • comasque.
  • a/(or(ou. aljoJjou, espagnol d'origine arabe, Cou1.
  • buck-weal, angl. -ji·euch wheal, .JACKS.
  • bukweteu (en 1430), bvckweit, buckwl'de, yries, yriil, yriit:c, anc. ali.,
  • PRITZ.
  • M . . J. feller remarque sur les form<.'s de la p. 181 : " bolikèlc,
  • f., wallon ; du flamand boekweil, dont le 1··• composant
  • boek = hc!tre. "
  • L<.'s crêpes dl.' farine de sarrasin sont le mets traditionnel de la
  • veillée de :\'o<'I en pays wallon.
  • bladi, m., :\!arsac (Creuse), r. p.
  • carreau, Hennes, Con.ABIN.
    \1. Camus dit qu'on a le plus ancien exemple de la mention de
  • polygonum fagopyrum dans le Livre d'heures d'Anne de
  • lketagm•.
  • Erreur; il est question de la culture de cette plante en :\'m·nuliHlic,
  • en 1-HiO. 4:1 ans avant il' Livn• d'heun·s, comme l'a montré
  • L. Del isle dans son lhTe sur la condition des classes agricoles.
  • - .!ORET, dans Iil'P. crif .. 1X\lti, p. 2:1.
  • sërya. m. il contrcilt;r.
  • l'n bouquet mis cxtC:·rieurcmcnt il la fenêtre d'une jeune fille
  • indique symboliquement qu'elle est n~Ä·cusc, qu'elle pense ù
  • son amoun·ux (comme on fait de l'huile il hrùlcr an·c le
  • sarrasin, elle peut allumer pour ,·ciller). Hutl'cy(prC:·s Dijon),
  • rcc. pers.
  • Pcr Carm en/mut, la youlta ei jarryal niyrc, sinw· dc• l>lad niyrc.
  • A Carême entt·ant (Carnaval), la goutte au pnmellit'r. signe de biC:·
  • noir. Pluie de fC:·vricr csquh'e li111ge d'aoùt.
  • Carnavar sens luna, de cent f'ennas s'eu sàuJ>al mas una.
  • Turpiter·. Quia per hoc tcmpus comessationis, noctes nebulosR'
  • favcnt eonventibus malis.
  • Bas-Limousin, CHA~IPEVAL.
  • L.\ BISTOHTE, p. 183.
    \1, FELLEII corrige ainsi les noms 'Y!J.llons, en ajoutant que flellr de
  • Saint-Antoine est le nom de la pcr·sicaire (1).
  • (1) La nomenclature de Lezaack est faite en partie de secomk main,
  • d après LoBET, FoiUR, qui eux-n1èmes n•étuicnt pas grands dercs dans la
  • tnatière.

[272]

cassin n'existe pas, Lezaack a sans doute mal entendu; le mot doit

  • être cossèt (porcelet).
  • cawc du tcflèt, f. (queue de chat, la !leur), Bl'ho (proYim·c de
  • Luxembourg).
  • mousse, moussète, f., it Champagne ct it Outrewarche (Prusse
  • wallonne).
  • L.-\ PEHSIC.-\IHE, p. 1\)1.
  • C'est le crataegonon des Grecs, selon SAI;>;T-L.\GEH.
  • PLINE l'a confondu aYec le craloegos, arbre bien connu.
  • pl aga dé San-Ro, Gan!, Bosc, et l'.
  • cr ba de Sani-Inoucen. Gard, FES(Jl'ET.
  • cuirasse. Oist·, GHA\'ES.
  • La téne dou méndrass, gonade-lé conan l'ass; la térre dou pélulw
  • (queue de loup, espèce d'herbe). Da-lé ù qui la ho; Chalosse
  • (Landes), FOix, Poés. pop. land .• 1\102, p. -!:1.
  • L.-\ RE:\Ol'ÉE, p. 183.
  • yèbe ou jèbe li cint nokes, cinl-nokes, mèye-nokes, wallon, .1. F.
  • P. 18i : cordue. f. (lanière), wallon, .1. F.
  • P. 188 : lcllénde, f. (chaînette. synonyme de herbe à noeuds),
  • Ycnici·s .. J. F.
  • P. 190 : yèbe du pwoérfi (h. de panaris), wallon, LouET.
  • Additions de :\1. Ed. EDMo;>;T:
  • pourquinèe, f., Saint-Pol (1'.-dc-C.).
  • laloclle, f., trame, f.. Ligny-Saint-Flochel (P.-dc-C.)
  • traînole, f., enY. de \'csoul (H.-Saùnc).
  • lrainugo, f., Seiches (Lot-ct-G. ).
  • trinate, f., Coeu\'e (Suisse rom.)
  • lirachc, f., Courtisols (:'liante).
  • tirassa, f., (kpienc (H.-Alpes).
  • tirassado, f., Aups (\'ar).
  • tirassèla, f., Bobi (\\'ali. vaud.).
  • lire-goret, m., Saint-Groux (Char.).
  • courdal/e, f., Oulx (\'al de Suze).
  • lé-n'ta, f., Bm·celonnctte (B.-Alpes).
  • herbes à bêtes rouges, f., cm·. de Conlie (Sar·thc).
  • erbo nuderado, f., Martrcs-Tolosanes (H.-Gar.).
  • chenillée . . , chën'lhé, f., Noirmoutier·s (Vendée).

[273]

petite nouée, f., nouée filante, f., Clisson (Loire-Inf.).

  • passii-kami, m., Arles-sur-Tech (Pyr.-Or.).
  • POLYGONUM CONVOLVULUS, p. 190,
    \L Feller corrige ainsi les formes données :
  • rampiotûe, t'., Hoyompré-Polleur (province de Lit:ge).
  • Additions de M. Ed. EoMONT :
  • cape-gorge, m., Ramecourt (P.-de-C.).
  • viélie, f., Magny (Yonne).
  • veillie, f., Po1·t-en-Bessin (Calv.).
  • liane, f., env. de Barneville (Manche).
  • LA PERSICAIRE, p. 191.
  • Notes de M. FELLER :
  • pefwe d'êwe (poivre d'eau), wallon, LOBET.
  • yèbe d'êwe, yèbe du fossé (renouée des fossés humides).
  • crouwin d'ansènî, m. (herbe des fumiers), wallon.
  • 273
  • {oyes du Sainz-Èlôy (feuilles de Saint-Eloy). On en met deux
  • feuilles en croix sur le mal Saint-Eloi, sorte d'ulcère, wallon.
  • yèbe du Suint-Antône, d'après un auti·e nom du même mal, wallon.
  • {oyes di Saint-Qwèlin (feuilles de Saint-Quoilin), id.
  • fleîlr du Saint-Djèrmain (fleur de Saint-Germain), ici
  • sainète, f., wallon, GnANDG.,ll, 337.
  • La tache rougeâtre ou brunâtre des feuilJes provient de ce que la
  • Vierge a laissé tomber sur cette plante une goutte de sang
  • menstruel. - On dit aussi que c'est produit par une goutte du
  • sang de Jésus (environ de Liège).
  • Additions de M. Ed. EDMONT :
  • pied rouge, m., fer à cheval, m., pélingre, m., franç. pop.
  • herbe ed' rân-n', f., herbe de crapaud, f., Saint-Pol (P.-de-C.).
  • rénougado, f., Jegun (Ge1·s).
  • rénoutado, f., env. de Cazères (H.-Gar.).
  • rénouzado, f., Florac (Lozère).
  • rénouzada, f, couriada, f., s~ygnac-sur-Loire (H.-Loire).
  • rouandz, m., Cours (Rhône).
  • rouinz', f., Ambierle (Loire), Vindecy (Saône-et-L.).
  • ruintt', m., Beaubery (Saône-et-L.).
  • rouind', f., Néronde (Loire).

[274]

raoujo, m., La Teste-de-Buch (Gironde).

  • ranjo kiou, m., Pessac (Gir.).
  • araoujë ku, m., Luxey (Landes).
  • cousinoku, f., Chalus (H.-Vienne).
  • tsipérétayro, f., Villefranche-de-Belvès (Dord.).
  • pilinche, f .. Vesse (Allier).
  • ékilonce, f., Trézelle (Allier).
  • escoururo, f., Villelaure (Vaucluse).
  • ërpara, f., .Maïsette (Vall. vaudoises).
  • erba dou mëssé, f. (employée comme vulnémire pour les meurtrissures).
  • Châtillon d'Aoste (val d'Aoste).
  • lun-ouga bouina, f., Bobi (Vall. vaudoises).
  • erbo dé piouzé, f., env. de Mazamet (Tarn).
  • A Aumagne (Charente),lejom· de la Saint-.Jean, ceux qui sont atteints
  • de maladies cutanées doivent, avant le lever du soleil, et à
  • jeun, aller cueilli!·, encore imprégnée de rosée, l'herbe qu'ils
  • appellent de lous maux (Polygonum persicaria ou amphihium).
  • On en frotte la plaie et le mal disparaît. (Bull. de la Soc. histor.
  • de Saiut-Jeau-d'Angély, 1865, p. 211.)
  • Si l'on bassine les chevaux avec une décoction de cette plante, les
  • mouches n'en app1·ocheront pas, même dans les grandes chalem
  • ·s, Provence, AVRIL.
  • On en frotte les nouvelles •·uches pour y attire•· les essaims d'abeilles,
  • Vern (Ille-et-Vil.), r. p.
  • LE LAURIER, p. 196.
  • usubium, gaulois. APl:LÉE, De herbis, 28.
  • Laurus nobilis, Laurier. -'On se sert, dans quelques cantons des
  • départements du Gard et de l'Hérault, de cet arbre, ·presque
  • naturalisé dans nos contrées, pour former des taillis à cerceaux,
  • comme on en fait plus communément en châtaignier, lesquels
  • sont désignés par le mot languedocien ceouclieîra ou jourguieîra.
  • Ceux qui sont composés de laurier sont nommés
  • dans quelqnes lieux baguerèdes, du mot languedocien baguié,
  • qui signifie un laul'icr femelle. Bull. de la Soc. d'Agr. de
  • l'Hérault, 1835, p. 288.
  • Additions de :\1. En. EDMO:\'T :
  • allorou, m., arivollwrz, m., Cor·se.
  • lor, m., Vallées vimdoises.
  • laouribaga, f., Menton (Aip.-Mar.).

[275]

Dans beaucoup de contrées py1·énéennes, les habitants se couvrent

  • de laurier lorsqu'il tonne, afin de se garantir de la foudre.
  • LE BOIS GENTIL, p. 203
  • laurelle gentille, f., franç. dial.
  • lilas d'hiuer, m., mi::erionm', m., Saint-Pol (P.-de-C.), c. p. M. Eo.
  • EmiONT.
  • LA LAURÉOLE, p. 204
  • Rolland n'a pas donné d'Onomastique pour cette plante. II me
  • semble pourtant que les noms Loriol, Auriol, Oriol doivent y
  • figurer. - H. G.
  • LE GAROU, p. 206
  • tl!ymélée à feuilles de lin, f., daphné paniculé, m., franç. dial.
  • DAPHNE CNEORUM (Linné). - LE DAPHNÉ CAIIIELÉE
  • tl!ymélée des Alpes, f., franç. dia!.
  • ELEAGNUS ANGUSTIFOLIA (L.), p. 210
  • arbre d'argent, m., arbre de paradis, m., fl·anç. dia!.
  • EUPHORBIA (genre) (Linné). - L'EUPHORBE, p. 220
  • erbo dé sèr', t., Gramat (Lot), c. p. M. Eo. EDMONT.
  • ablhête, f., Ile-d'Elle (Vendée), GliÉRIN.
  • barbasclé, m., Lézignan (Aude), c. p. M. Eo. EmiONT.
  • lhitrèzii, f., llwïlrè::ii, f., Pyr.-Or., c. p. M. Eo. EDMONT.
  • latificciu, m., latiuicciu, m., Corse, c. p. M. Eo. EmiONT.
  • EUPHORBE, p. 228.
  • teufelsmi/cl!, hexenmilch, wolfl'stnilch, hzwdsmilch, bullenmelk,
  • eselskraut, krotenkraut, aterkriiutel, springkraut, dia!. allemands.
  • warlweed, wrel-weed, caper-plant, saturday's-pepper, dia!. anglais.
  • deuil's chumslaff, anglais d'Irlande, PATT.

[276]

EUPHORBL\ PEPLUS, p. 229.

  • duyvelsmelck, anc. tlam., DonoENs.
  • heksenmelk, iuinwol(smelk, elia!. néerl.
  • EUPHORBJ..\ HELIOSCOPIA, p. 230.
  • sonner>olghende wolfsmelck, aue. tl am., Don.
  • kroontjeskruid, duic>elskool, mclkkruid, wrailekruid, worlekruil, dia!.
  • néerl., HEVIOELS.
  • EVPHORBIA L\THYHIS, p. 231.
  • duivelsdrek, molleknzid, raitekmid, schijtnoien, dia!. thun. et holl.
  • springhcruydl, anc. thun., DoDOENs.
  • LE HICIX, p. 233.
  • wonderboom, mollencruydt, aue. tlam., Doi>OENS (A. or; C.).
  • LE BUIS, p. 234.
  • Additions de M. ERNAULT :
  • Sur le mot bu:nrs et son correspondant grec <.Û:;r,~ ct leurs familles,
  • Yoir : E. BotSACQ, .lfém. Soc. ling. XYII, 58, 5!) fE. E.].
  • beus, beu.r, ht·et. moyen; beu:, hret. mod., beu::, />oui::, hret. vannctais.
  • Le P. Grégoire donne comme ht·et. ancien bo.r, qu'il a
  • dft conclure du gallois boes, bocys. fE. E.].
  • L'n lieu planté de huis :
  • beusil, moy. hrct.; beu:id, beu:euu, hret. mod., P. GnÉG. (ce dct·nier
  • est plutôt« un plant de huis »; beÎI:ennek, id., LE GoNIDEC;
  • boui:id, hret. Yannetais fE. E.] (ct beu:eek selon Tnot;DE).
  • yac'l! e11el ar bcu: kemeul e:e/ en den:, sain comme le huis, chaque
  • membre qu'il a. Proverbe hret., .lié/usine, Xl, :lfi2. On peut
  • comp:u·ct· bcu:, beu:iC<f, grimaud, petit écolier·, en tenues
  • injurieux, P. Gré!-(., que \'. Hem·y rattachait à beû:cl, housc,
  • cc comme qui dirait bousilleux >>. Cf. Yann. bcu:e: maludi"Oit,
  • nigaud fE. E.].
  • Le dimunche du huis:
  • sul ar beu:, breton de Tréguiet·, TROVDE fE. E.J.
  • bois/, anc. f1·., Feslgabe fiir Jfussafiu, 1!105, p. 541.

[277]

bouch, Albus, Dccom:-~.

  • bouchè, Argelès (H.-Pyr.), c. p. M. TARISSAN.
  • ToPONmiASTJQUE. - Buxiacum, en 833, Biziac, Ain, SmAcD, p. 99 .
  • .lfontbossier.
  • Bossey, Bossy, .IACCARD.
  • ÜNOMASTJQL:E. - Dubuc, Du Bouch (Gironde), Debouys (:\!arne),
  • Boussard, Tailbouis, Bouyssès, de Labousaye.
  • HÉRALDJQL'E : Voir RmOESSE, IV, 157.
  • bouys =fond, .Jargon, Hi28, p. 186.
  • Je crois hien. en plusiem·s endroits, aYoir laissé passer<< huis béni»
  • pour« huis bénit », puisque c'est une fiction de la soi-disant
  • orthographe d'écrire ici un t qui ne sc prononce pas. (Pou•·quoi
  • '? Peut-être sous l'intluencc du féminin dans le terme si
  • frl-quent d' << cau bénite». Ce serait un fait d'analogie. - H. G.
  • Additions de ;\1. A. DE CocK :
  • bucksboom, palmboom, anc. tlam., DoDOENS.
  • palm. palm/Joompjc, palmstruik, palmij, bosseboom, dia!. flam. ct
  • ho li.
  • Le rameau bénit se conserve non seulement dans les chambres à
  • coucher, mais aussi dans les étables et l'écurie. Flandres
  • (A. DE C.).
  • Les paysans tlamands mêlent des feuilles de huis bénit aux semailles
  • (A. DE C.).
  • LA )IERCURIALE, p. 249.
  • chou de chien, HcLSJcs, 1616.
  • violon-na, Chambéry, CoLLA.
  • mélimélo, corruption p1·obable de mélilot, Bessin, ,!ORET.
  • herba a tclui, caquenlil, epenal:c sauuad:e, Château d'Ocx, Suisse,
  • VJCAT, 1776.
  • yerba de santa Qui/cria, espagnol de Salamanque, CAHRA, Grenade.
  • bingelkruid, schiJlkruid, dia!. tlan~ .• (.-\. DE C.).
  • 0:-.o~JASTI<Jt:E. - J.arembergue, nom de fam. du Tarn. - Uol>ergc,
    '\ormandie d llobcJjol ailleurs.